Bouquet de chantier

Bouquet de chantier Maison provinciale –

6 novembre 2014.

Monsieur Eric Lateltin, architecte mandataire,

Messieurs Jacques Meyer et Pascal Cupillard, architectes,

Messieurs les mandataires,                                       les contremaîtres et les maçons,

Monsieur Stéphane Corboz, directeur de l’ISRF,

Madame Muriel Fluckiger infirmière-cheffe de l’ISRF,

Madame Maguy Elschinger infirmière responsable ISRF du Site d’Ingenbohl,

il me plaît, ce soir, de vous saluer tous bien cordialement au nom des Sœurs vivant ici et dans les communautés, à l’extérieur et en mon nom personnel.

Vous êtes nombreux à avoir répondu à notre invitation et cela nous réjouie. En effet, nous tenait à cœur de marquer avec vous cette étape importante qu’est la mise sous toit – même s’il s’agit d’un toit plat… – de ce qui sera notre nouveau secteur médicalisé.

Fêter le : « Bouquet de chantier » est pour nous l’occasion de vous dire notre reconnaissance pour le travail accompli. Un travail assidu et consciencieux, un travail d’équipe s’il en est et dont nous avons été les témoins au quotidien… Nos Sœurs, même les plus âgées, ont été de fidèles « assistantes de chantier » et les commentaires n’ont pas manqué…

Nous toutes avons suivi l’avance des travaux, admiré la coordination des différents corps de métier, la ponctualité et la discipline des ouvriers. Nous nous sommes émerveillées devant le montage de la grue et le travail du grutier, devant le soin apporté à la fondation de l’édifice et à la pose des tuyaux qui suivaient la montée de la construction…avec chacun sa couleur pour indiquer sa fonction.

Admiratives, nous avons observé la valse des casques, eux aussi, de couleurs différentes et avons, peu à peu, identifié les différents rôles des travailleurs. Encore une fois, je puis vous assurer, le chantier comptait plus d’un contremaître !

Si ce soir nous « fêtons le Bouquet de Chantier » c’est donc pour vous remercier tous et toutes. J’inclue dans ce merci toutes les personnes qui ont travaillé dans les bureaux et celles qui ont été empêchées de se joindre à nous ce soir.

Je voudrais dire un merci particulier à nos architectes : M. Eric Lateltin, M. Jacques Meyer et M. Pascal Cupillard, à leurs collaborateurs et collaboratrices directs pour le sérieux de leur travail et leur excellente collaboration.

Merci à M. Stéphane Corboz, à Mme Muriel Fluckiger et à Mme Maguy Elschinger pour leur intérêt et active participation au sein de la commission de bâtisse.

Je remercie les Sœurs qui ont mis leur expérience, leurs talents et leurs réflexions au service du projet. A Sr Marie-Claude et à Sr Marie-Agnès je dis ma profonde reconnaissance pour leur disponibilité de chaque instant.

Je tiens à exprimer ma gratitude aux Sœurs de la province pour leur compréhension et leur confiance, sans lesquelles le projet aurait été difficilement réalisable.

Je remercie tout spécialement les Sœurs de la maison provinciale pour leur intérêt et leur patience face aux inévitables nuisances. Je les ai souvent admirées…

Enfin, je forme mes vœux pour la bonne poursuite des travaux. Comme jusqu’à ce jour, dans toutes les communautés de la province – et ici, bien sûr – tous les matins, nous continuerons à appeler la protection de Dieu sur toutes les personnes impliquées dans la réalisation du projet, en particulier sur les ouvriers les plus exposés aux accidents.

Après ce mot de bienvenue et de gratitude, permettez-moi d’évoquer brièvement la genèse du projet. Vous pensez bien que nous avons longuement réfléchi avant de nous lancer dans l’aventure des travaux que nous connaissons.

Notre maison avait 55 ans d’existence. Elle a été bâtie avec les matériaux et selon les normes de l’époque que vous connaissez mieux que moi.

Elle présentait de nombreux et importants signes de faiblesse et d’usure. Elle ne répondait plus à de nombreuses normes actuelles. En plus les infrastructures rendaient de plus en plus difficile la prise en charge des Sœurs âgées et malades auxquelles il nous tient à cœur d’offrir un milieu de vie communautaire et de prière jusqu’en fin de vie. C’est-là, pour nous, une tradition et un joyeux devoir. Nous avons de tout temps pratiqué ce que nous pouvons appeler « le maintien à domicile ».

Il nous fallait donc entreprendre quelque chose ; mais quoi ? Assainir ? Transformer ? Jusqu’où ? Démolir en partie et reconstruire ?

Face à l’importance de la décision, nous avons consulté plusieurs experts qui, indépendamment les uns des autres, ont fait une analyse des lieux. Ces hommes ne se connaissaient pas et qui ne se sont jamais rencontrés venaient de St-Gall, Schwyz et Innsbruck. Tous sont arrivés à la même conclusion : « Ils nous ont conseillées de déconstruire une aile du bâtiment et de construire une partie médicalisée selon les critères actuels ; d’assainir et de transformer le reste de la maison dans une perspective d’avenir. » Finalement, après moult échanges à l’interne et à l’externe, nous avons suivi l’avis de ces professionnels.

Actuellement 58 personnes de 7 communautés différentes vivent dans la maison. 24 d’entre elles sont dans le secteur médicalisé de l’ISRF.

Je passe maintenant la parole à M. Lateltin, notre architecte en chef, après quoi la communauté vous invite à partager un repas et à vivre un bon moment de convivialité dans le réfectoire de la communauté.

 

 

 

 

 

 

bouquet.jpg accueil