Soeurs défuntes en 2018

SOEUR CLAUDIA WOHLGEMUTH

1942-2018

 

Sr Claudia Wohlgemuth, ancienne enseignante et directrice du Centre de formation du Sacré-Cœur, bien connue des staviacois, est décédée le samedi 28 janvier 2018.

Le chemin de vie de cette religieuse a été relaté par Sr Louise-Henri Kolly, supérieure provinciale, lors de la Messe des funérailles, le 30 janvier 2018, dans la chapelle des Sœurs de charité de la Sainte-Croix d’Ingenbohl, à Fribourg. En voici le texte:

Sr Claudia, en ce jour où nous célébrons ton passage de la mort à la Vie, nous voulons évoquer les grandes étapes du Chemin qui a été le tien, ici-bas, et que, comme tu aimais à le dire : « Le Seigneur, lui-même, a tracé dans ton cœur. »

Sr Claudia Wohlgemuth est né à Bâle le 6 juin 1942 – alors que, écrie-t-elle avec humour, le Rhin suivait son cours comme d’habitude –.

Marie-Antoinette, c’est son nom de baptême, passe son enfance dans la cité rhénane, à la Rudolfstrasse, 19 où ses parents exploitent une boulangerie-confiserie. Ses deux frères aînés, Erwin et René, sont très fiers de leur petite sœur et la choient plus que de raison…

Marie-Antoinette suit sa scolarité obligatoire à Bâle : dont 4 ans d’école secondaire à l’école catholique Ste-Thérèse et un an à l’école française des travaux ménagers.

Suivent : « 3 années ensoleillées à l’Institut du Sacré-Cœur  à Estavayer-le-Lac » – se sont ses propres termes – où elle obtient le diplôme de commerce. Elle travaille ensuite dans le département anglophone de Danzas SA à Bâle, une entreprise d’import-export.

Au cours de ces années, alors qu’un bel avenir tant personnel que professionnel s’ouvre à elle, mûrit en son cœur l’appel à la vie religieuse. Elle y répond.

Le 3 octobre 1962, Marie-Antoinette, entre au couvent au volant de sa voiture…, chez les Sœurs de charité de la Sainte-Croix d’Ingenbohl, à Fribourg.

Postulat et noviciat terminés, le 18 avril 1966, elle prononce ses vœux et devient Sr Claudia.

Le charisme de la congrégation, elle l’actualise pendant plus de 38 ans dans l’enseignement, au Centre de formation du Sacré-Cœur avec un intermède de 3 années à l’Ecole supérieure de commerce des Buissonnets, à Sierre.

A la demande de ses supérieures, et en préparation à ses responsabilités futures, Sr Claudia reprend des études, acquière un certificat de maturité fédéral, puis une licence en pédagogie à l’université de Fribourg.

Sa belle intelligence, ses talents multiples : linguistiques, musicaux, picturaux doublés d’un certain esprit d’aventure et de qualités humaines et relationnelles restées présentes jusque dans la maladie, Sr Claudia les met au profit de la communauté, des jeunes, de ses collègues de travail et de ses collaborateurs/trices dans sa fonction de directrice. Sa pédagogie lie bonté et rigueur. Elle vise le développement du potentiel de chaque élève, met tout en œuvre pour qu’il devienne artisan de sa propre croissance vers l’âge adulte. Je tiens à évoquer les prières du soir que notre Soeur animait au Centre de formation du Sacré-Cœur à Estavayer-le-Lac : les élèves, toutes religions confondues, non seulement y participaient, mais demandaient ce temps de recueillement.

Supérieure de communauté, membre du conseil provincial de la province de Suisse romande pendant de nombreuses années, (1994 – 2002 et 2006 – 2009) elle s’investit généreusement et apporte sa contribution aux décisions et orientations de la province.

A plusieurs reprises, elle assure la traduction simultanée dans les rencontres internationales de notre congrégation ainsi que pour d’autres Instituts religieux.

Lorsque, insidieusement, la maladie s’installe, elle prend conscience que quelque chose change en elle. Elle le vit avec un courage exemplaire et sans plainte. « Ça n’arrive pas seulement aux autres, disait-elle. » Cela ne signifie pas pour autant absence de souffrance et de questionnements. Sa jovialité, son amabilité, sa gratitude et son attention à l’autre sont des caractéristiques de sa personnalité que la maladie n’a pas réussi à effacer.

Les dernières années staviacoises de notre Sœur ont été marquées par des changements incisifs : nouvelles offres d’étude, remise de la direction de l’école, vente en « deux temps » des bâtiments et, finalement le départ d’Estavayer-le-Lac en août 2016.

A Fribourg, elle rejoint l’ISRF, la partie médicalisée de la maison, où elle est prise en charge avec compétence et affection. A la direction, aux équipes soignante et de l’intendance de l’ISRF, notre reconnaissance pour les soins et l’accompagnement dévoués prodigués à notre chère Sœur, je la joins à tous les mercis que Sr Claudia vous a adressés au cours de son séjour à l’ISRF. Ils ont été nombreux…

Chère Sœur Sr Claudia, ici, dans cette chapelle où tu as fait profession, prié et présenté à Dieu tes joies et tes peines, nous te confions à Celui en qui tu as découvert « des chemins de vie et trouvé la force de les parcourir jusqu’au bout. »

Nous te remercions pour qui tu as été pour nous tes consœurs, pour ta famille, pour tant de professeurs, d’élèves, d’amis et de connaissances. Nous le savons, ton réseau de relation était à la mesure de ton intégration dans le peuple et de ta facilité de contact. Je pense ici, en particulier à la Cité de la Rose, où tu comptais tant de fidèles amis.

Repose maintenant dans la Paix et la Lumière de Celui en qui tu as mis ta foi et ton espérance.